Get Adobe Flash player

ASVS

 

L’ association « Solidarité, Vie, Santé (ASVS) :

Historique

L’Association Solidarité, Vie, et Santé a été créée en mai 2001 à Ouagadougou, à l’instigation de la Soeur Françoise Dauger, soeur de l’Assomption, avec l’appui fidèle de la mission jésuite locale, en la personne du Père Jean-Luc Masson, s.j., relayé à partir de 2012 par le Père Jacques Fédry, s.j., puis par le Père Augustin Goytisolo, s.j. en 2013.
Son but est le suivant :
– mobiliser et sensibiliser la population en vue de la lutte contre le VIH/SIDA,
– développer et animer un réseau de solidarité entre personnes porteuses du VIH,
– apporter un premier niveau de soins aux malades, et les accompagner sur le plan psychologique, social et économique.

Les premières activités de l’Association ont consisté principalement en une aide des membres sur le plan alimentaire et médical, leur suivi psychosocial, la prise en charge si nécessaire des frais de scolarité des orphelins, mais aussi la formation, l’accompagnement dans le suivi du traitement, et la prévention des risques de transmission.
L’effectif des malades pris en charge était de 10 malades en 2002, 28 en 2004, 57 en 2006, 76 en 2009, 83 en 2010. Celui des orphelins dont nous contribuons à payer la scolarité et les fournitures scolaires est passé de 47 orphelins en 2005, à 60 en 2006, à 71 en 2009 et 76 en 2010.

 
En 2005, l’Association loue un local dans le quartier de Dapoya, et voit, du fait de la publicité qui est faite de son ouverture, et de sa présence locale, le nombre des personnes aidées se développer fortement.
C’est à cette époque que nous avons été sollicités par l’Association pour accompagner son développement et ses besoins croissants.
Nous l’avons ainsi soutenue régulièrement à partir de cette date, par une contribution financière à son fonctionnement général, par la prise en charge financière d’une partie des études d’infirmière de Gertrude Diarra, présidente active de l’Association, et par l’envoi périodique de vêtements et médicaments.

 
Fort de son développement et de son efficacité, l’association a pu se faire reconnaître par le Ministère de la Santé, et par ailleurs se faire attribuer par la mairie de Nongr-maasem un terrain à TANGHEN, bien placé sur une avenue passante le long du barrage, sur lequel l’Agence Culturelle de la Coopération française a financé en 2010 la construction d’un dispensaire, inauguré fin 2012. L’organisme AJAN a financé quant à lui la clôture du terrain et le portail d’entrée. Enfin un petit bâtiment de douches et latrines a pu être installé au fond du terrain.

 
En 2011, l’événement phare est l’installation dans les nouveaux locaux de Tanghin, rapidement opérationnels. La réception des travaux a eu lieu début octobre, et l’inauguration aura lieu début janvier 2012 (ce jour-là, on plante un pomme-cannelier pour souhaiter longue vie au nouveau bâtiment)
En 2012, l’association a été accréditée par le Ministère de la Santé comme CSPS, ce qui lui permet maintenant d’étendre ses activités de soins.
Fin 2012, le décès prématuré de la dirigeante Gertrude Diarra a été un rude coup porté à l’association, mais elle put être rapidement remplacée par Monsieur Ibrahim Zougmoré, el Hadj, président en fonction à ce jour, et qui a rapidement pris ses fonctions et motivé l’équipe.

 
Depuis 2013, sous l’énergique direction d’Ibrahim Zougmoré, de nombreux développements ont été réalisés :

– un incinérateur, indispensable compte-tenu de la clientèle porteuse du VIH, et des sanitaires (latrines et douches) ont été construits;
– un dépôt de médicaments, vendus avec un bon profit, quoiqu’à des tarifs sociaux pour ses membres, a été ouvert, permettant à toute une clientèle locale de s’approvisionner à proximité
– des d’activités génératrices de revenus ont été développées par des membres de l’association (fabrication de sacs, tissage, …)
– un système de micro-crédit permet aux membres de mener des activités génératrices de revenus, ou gérer un problème temporaire de trésorerie,
– des formations ont été organisées pour le personnel de l’Association : accueil, technique de communication, prévention des infections, …)
– une infirmière, et une personne pour tenir le dépôt pharmaceutique, ont été recrutées
– …

 
Ainsi, le nombre de patients soignés ou accompagnés a continué de croître ces dernières années, pour atteindre le chiffre de 200 membres fin 2013, auquel on peut ajouter les clients non membres du dépôt pharmaceutique.
 

Perspectives pour les trois années à venir

L’ASVS agit en faveur de ses membres dans trois directions :
– la prévention
– le traitement
– l’insertion sociale et économique de ses membres dans la société (lutte contre la stigmatisation, autonomie financière, …)

 
Ceci se traduit par un ensemble cohérent d’activités, telles que groupes de paroles avec les patientes, visite à domicile et à l’hôpital, organisation de clubs d’observance, ateliers thérapeutiques, causeries éducatives, projections de films éducatifs, repas communautaires, …

 
Pour poursuivre son développement et améliorer son efficacité, l’ASVS souhaite poursuivre ses activités de prévention, accompagnement des traitements, et insertion sociale et économique des membres, en bâtissant un projet incluant :
– la construction d’une maternité, recommandée par l’Inspection Sanitaire afin d’intégrer les activités du volet Santé maternelle et infantile (SMI), et notamment la prévention de la transmission Mère-Enfant
– la construction d’un atelier pour développer des activités économiques de ses membres (entre particulier, un projet de construction de fours de cuisson solaire pourrait donner des activités économiques à plusieurs membres)
– la construction de boutiques de rapport, le long de son mur donnant sur la rue (qui permettrait notamment aux membres de commercialiser leurs productions).